10 bienfaits de l’écriture : pourquoi écrire est la meilleure thérapie qui soit ?

30 novembre 2018


Tu t’en doutes, avoir un blog a indéniablement augmenté mon temps consacré à l’écriture, même si je pense que le fait d’aimer l’écriture mais aussi la photo sont souvent l’origine de la création d’un blog. En Occident, sauf si tu es écrivain, journaliste ou bloggeur,  ce n’est pas trop dans ton habitude d’écrire ce que tu as fais dans ta journée, tes états d’âme ou encore tes rêves et tes remords. La mode étant au journal intime de pré-adolescence, tu as vite fait d’abandonner cette coutume tant elle est associée à une activité immature et sans réel intérêt. Et bien tu te trompes, comme beaucoup d’autres et comme moi il y’a quelques années, car il a été prouvé par diverses études que le fait d’écrire sur soi améliorerait indéniablement l’épanouissement et la satisfaction personnelle. Voici donc dix bienfaits de l’écriture ! 
  1. Ecrire, c’est clarifier sa pensée ! 
Toi aussi, tu penses trop ? Toi aussi, tu as du mal à ordonner ta pensée, voir même à l’exprimer ? Coucher des mots sur du papier se révèle étonnement thérapeutique. Dans cet exercice, tu es censé écrire tes émotions, ce qui te tracasse, ce que tu aimes, ce que tu n’aimes pas sans langue de bois et tu verras, tu te sentiras beaucoup plus léger après ça. 

    2.  Ecrire diminuerait le stress…

Des études ont été menées sur des étudiants de Californie, ceux qui n’écrivaient pas ou peu, sauf des choses très impersonnelles comme des rapport d’étude avaient du mal à gérer leurs émotions tandis que ceux qui écrivaient manifestaient des signes physiologiques de bonne santé. 

    3,  Ecrire nous permet de prendre conscience de certaines choses !

Et oui, on le dira jamais assez mais la vie n’est pas toujours faite de bonnes surprises, de belles expériences ou de moments joyeux. Nous ne sommes pas toujours entourés de personnes bienveillantes malheureusement, et parfois, on en prend conscience trop tard. Ecrire permet donc de prendre du recul sur notre situation. Adopter nous même un regard extérieur sur notre vie, c’est quand même top, non ? 

   4.  Ecrire permet de se surpasser

Le fait d’écrire des petites choses mêmes minimes, permet justement d’expliquer comment tu aurais pu faire pour t’améliorer et faire en sorte que tes journées, tes semaines, tes années, bref que ta vie entière soit meilleure. C’est un merveilleux outil de dépassement de soi, d’activation de la machine à rêves. 

   5,  Ecrire est un puis de créativité : l’art du haïku 

Faire appel à nos sentiments les plus profonds, c’est un peu faire ressortir l’âme de poète qui sommeille chez chacun d’entre nous. L’art du haÏku - méthode ancestrale japonaise - c’est l’art de la simplicité, en se mettant à nu, sans artifice, sans comparaison, sans lamentation. A l’image de la photo, il fait ressortir notre personnalité, notre moi intérieur, notre harmonie, notre sensibilité, notre unicité, notre humanité.  


   6.  Ecrire, c’est dépenser ton temps ailleurs que dans la technologie 

Une feuille de papier, un stylo et rien d’autre ! Ecrire pour soi permet indéniablement de se couper du monde extérieur, c’est une cure de bien être, de mieux être, la plus efficace des digital detox ! Un pur moment de quality time !  Et mettre son téléphone en mode avion, ça fait du bien, crois moi ! 

   7,   Ecrire, c’est introduire dans sa vie la pleine conscience 

Certes très à la mode, la mindfullness, c’est s’offrir avant tout un moment à soi, un moment pour soi, en prenant conscience du moment présent. Méditer en écrivant en somme ! C’est un état d’éveil de prise de conscience des mouvements du corps et de nos émotions. C’est un moment unique d’état d’éveil, de calme et d’introspective. S’éloigner de ses activités, c’est avant tout se rencontrer. C’est également un outil indispensable pour développer ses cinq sens ! 

   8,  Ecrire, c’est (re)considérer le pouvoir des mots 

C’est précisément le langage et la pensée qui nous rendent humain et qui nous différencient des animaux. Donne des mots marquants à tes projets, car les mots ont beaucoup plus de pouvoir que tu ne le penses. C’est rendre notre pensée plus positive et donc plus productive. Nommer les choses, c’est les rendre concrètes. Langage et réalité vont de pair. Lorsque quelque chose a un nom, alors elle existe dans la réalité. Magique, n’est-ce pas ? C’est pourquoi il est très important de faire une liste de choses à faire, d’objectifs. Oui, oui ! Je fais bien allusion à la fameuse To do list

   9.  Ecrire, c’est connecter les choses 

Lis donc ce célèbre discours prononcé par Steve Jobs lui même : « Tu ne peux pas connecter les choses en regardant vers le futur, mais seulement les relier en regardant en arrière. Tu dois croire en quelque chose : ton intuition, ton destin, ta vie, ton karma… peu importe. Parce que le fait de savoir que les choses se relieront à un moment donné te procurera la confiance pour aller de l’avant, même lorsque rien ne va. Et cette manière te permettra de faire une grande différence dans ta vie ». Rien à ajouter. 

   10,  Ecrire pour trouver ton Elément ! 

Ecrire en faisant des listes de ce que tu aimes ou pas, de ce que tu admires ou encore de ce qui te dégoutes te permettra de trouver la paix intérieur, ton bonheur, entre autres. Ecrire, c’est te reconnecter à ta passion, trouver du sens à ta vie, pour trouver ton truc à toi, ton élément ! 


Et toi ? T’écris pas du tout ? Un peu ? Beaucoup ? 

Passionnément ? A la folie ? 

Recette du meilleur gâteau au chocolat ever !

26 novembre 2018


Oui, oui, rien que ça ! Des recettes de gâteau au chocolat, clairement, ce n’est pas ce qui manque sur internet. Mais celle-ci tu ne la trouveras nulle part ailleurs tant elle n’est pas connue de part la bizarrerie des ingrédients qui la composent. Mais c’est selon moi la meilleure recette que j’ai jamais testée, en ce qui concerne les gâteaux au chocolat. Elle est rapide, économique et super simple à réaliser, tu vas voir. Tu possède certainement tous les ingrédients à la maison. En plus, elle est inratable - à ce jour, seule une amie serial killeuse de  gâteau fait maison et de cuisine en général - a réussi à échouer. C’est THE recette qu’on fait lorsqu’on n’a pas le temps, lorsqu’on n’a pas d’idée, ou tout simplement lorsqu’on a envie d’un bon gâteau au chocolat sans prendre le risque de tester une autre recette. 

A la maison, on l’appelle le « gâteau portugais », non pas parce qu’il s’agit d’une spécialité portugaise, mais parce que la personne qui nous la partagée est d’origine portugaise. Oui, c’est bête mais je ne sais pour quelle raison cette appellation est restée. Disons que ça évite de s’y méprendre, lorsque ma mère me dit « Hé, j’ai fais un gâteau au chocolat », bein clairement, y’a 90 % de chance pour que ce soit pas cette recette. 

Tu l’as compris, ce gâteau se démarque vraiment des autres de part son ptit’ nom et sa saveur exquise. Il fait vraiment honneur à la catégorie « Moment Délicieux », pour le coup. 


Les ingrédients : 


Cette recette est super simple et rapide car l’indice de mesure n’est autre qu’une tasse, nous, on utilise toujours celle-ci. Avec cette recette, nul besoin de s’ennuyer avec des verres doseurs, ou une balance. Tu peux en utiliser une dont la contenance est similaire :


  • 2 tasses de sucre, 
  • 2 tasses de farine, 
  • 1 tasse de chocolat en poudre,  
  • 4 à 5 oeuf en fonction de leur taille, 
  • 1 tasse d’huile,  
  • 1 sachet de levure chimique,  
  • 1 tasse d’eau bouillante, l’ingrédient bizarre dont je faisais allusion plus haut. 

La préparation : 

Cette recette est super simple et rapide car il suffit purement et simplement de tout mélanger peut importe l’ordre dans lequel tu ajoutes les ingrédients. 

Petite astuce : je te conseille quand même de mélanger la levure chimique dans la farine de sorte que le gâteau soit bien moelleux. Tu est censé obtenir un mélange très liquide comme celui-ci :



Petite astuce 2 : je te conseille de tamiser ton moule, histoire de te retrouver avec un gâteau qui tient la route, esthétiquement parlant. 




La cuisson : 

Tu enfournes tout ça 20 minutes à 180° en chaleur tournante. Je te conseilles quand même de vérifier de temps à autre, la puissance des fours diffère tellement qu’il serait dommage de le laisser cramer, le pauvre ! 

Une fois refroidi, tu le démoules, tu peux le recouvrir de chocolat noir fondu si tu veux jouer la carte de la gourmandise à fond (clairement, si tu es au régime, passe ton chemin, il est super bon mais aussi super calorique), ou alors le saupoudrer de sucre glace pour ajouter une petite touche esthétique, comme sur les photos ( la photo fait vachement ressortir le sucre glace, j'en en n'ai pourtant pas mis tant que ça, sorry !)


Voilà ton gâteau portugais vite fait, bien fait ! Il est moelleux et gourmand à souhait

Bon appétit ! 

Renaissance

23 novembre 2018


Je ne suis pas particulièrement à l’aise, lorsqu’il s’agit de parler de mes échecs, de mes craintes et de mes remords, un peu comme tout le monde j’imagine. Pourtant, ce n’est pas ça qui manque, me concernant ! Dans le tout premier post « L’illumination », puis dans « Trouver sa voie avec la méthode Ikigai », j’avais eu l’occasion de te dévoiler un peu mon parcours. Autant te dire que j’ai mis énormément de temps à recevoir le déclic de ma vie. Celui qui me permet de prendre ma vie en main aujourd’hui, celui qui me permet enfin d’être épanouie autant dans ce que je fais que dans ce que je suis. Aujourd’hui, je me vois un peu comme ces petites fleurs qui germent et qui un jour écloront pour être aussi jolies, aussi vives et aussi lumineuses que les autres. 


Lorsque j’ai quitté la fac, j’étais aussi naïve que perdue, je n’avais pas eu l’occasion de découvrir que le monde, si beau soit-il pouvait porter des êtres profondément misanthropes dont la seule finalité de leur existence était de s’enrichir sur le dos de certaines personnes enthousiastes, optimistes, la tête emplie de rêves. Car oui, j’en ai fais les frais. Cette expérience s’est finie en burnout, et c’est de loin l’expérience la plus traumatisante - je travaillais plus de soixante heures par semaine pour un salaire dérisoire - mais aussi la plus enrichissante de toute ma vie. Une sorte de grosse claque qui fait du mal et du bien à la fois. Non, ce travail n’était pas totalement dénué d’humanité, car je travaillais aux cotés de personnes extraordinaires qui comme moi étaient certes naïves, mais aussi ambitieuses que rêveuses. Et aujourd’hui, elles font partie de ma vie, elles sont là pour me booster, pour m’aider à m’améliorer, pour me critiquer ( je ne vois personnellement pas la critique comme quelque chose de négatif). Ce Moment Lollipop, dont tu t’es souvent interrogée, et bien mon expérience chez eux en est un. Car si je n’avais pas travaillé pour eux, je n’aurais jamais fais les merveilleuses rencontres qui ont bouleversé ma vie d’aujourd’hui, je ne me serais pas posé les questions que je me pose aujourd’hui, je n’aurais pas la vision de la vie que j’ai aujourd’hui. 

Si tu es bloqué sur le chemin, 
alors tu es sur le bon chemin, Marc Aurel



Cette expérience m’a fait constater une chose : je ne veux pas être salariée et je ne le serais sans doute jamais, du moins pas toute ma vie. L’idée même de travailler toute ma vie pour quelqu’un me donne la nausée. Et si l’émergence de ce schémas économique avait ses raisons - lors des débuts de l’industrialisations notamment - il n’en a plus aujourd’hui à mon sens tant il nuis selon moi à l’épanouissement personnel, à la liberté et à la créativité. Créativité que je laisse aujourd’hui respirer, vivre, se libérer, tant elle avait été étouffée par le passé. 



Donc oui, tu l’as sans doute compris, je ne regrette pas d’avoir quitté la fac, encore moins d’avoir travaillé pour une multinationale qui m’a essoufflée, dénigrée, presque tuée. Aujourd’hui je vis ma nouvelle vie comme une renaissance, j’ai littéralement l’impression de renaitre. Certes, je ne suis pas aussi pure qu’un nouveau né, loin de là. Je laisse désormais mon enfant intérieur prendre le contrôle de ma vie, j’explore ce monde aves des possibilités infinies. Je pense très sincèrement que quelque chose de merveilleux puisse se créer à travers l’imagination, l’innocence et la ténacité. Et c’est ce qu’il se passe en ce moment, j’écris, je me mets tout doucement à la photographie - chose que j’avais toujours voulu faire mais que je n’ai jamais fait par manque de temps entre autres - et mon Dieu ! Qu’est ce que j’aime ça ! Il n’y a rien qui pourrait plus m’épanouir que de créer, d’imaginer, de rêver. 


Il y’a quelque chose de fascinant chez les hommes, 
ils ne se contentent pas de survivre, 
ils inventent, il créent, Ratatouille 

Trouver sa voie avec la méthode Ikigai

19 novembre 2018


Qu’on se le dise, des méthodes pour trouver sa voie, il y’en a pleins, même si très peu les connaissent. Je les ai toutes utilisées, selon moi, s’il y’a bien une méthode à ne pas zapper, c’est bien la Méthode Ikigai, je pense que concernant, ma quête, elle a compté pour au moins 50% de la réponse que j’ai obtenu. 

Comment j’ai obtenu ce résultat me diras-tu ? Certainement pas en passant des tests bidons que l’on trouve sur Internet ou même encore en rencontrant des professionnels qui m’auraient apportée une réponse sur un plateau d’argent. Car qu’on se le dise, la réponse, tu l’obtiendras de toi. Rien ni personne ne pourra t’apporter de réponse. Ces méthodes ont le but d’introduire et d’approfondir ta réflexion. Elle te donnent des pistes, t’indiquent par où commencer pour que tu puisse organiser ta pensée. Car non, il n’est pas facile de trouver LA réponse, moi par exemple, j’étais assez impatiente, je voulais qu’on m’apporte une réponse puisqu’elle ne voulait pas sortir de moi, j’était frustrée, frustrée de la fainéantise de mon inconscient et de mon subconscient. Car, ce sont eux qui font tout le travail, hein, sinon ça serait un peu trop simple. 


Ikigai…Iki-quoi ?  

Ce mot japonais n’a pas de traduction littérale, il signifie mission de vie, ou encore raison de vivre - ce pour quoi la vie vaut la peine d’être vécue, en somme. Dans le mode de vie japonais, il est impossible de vivre sans le connaitre, puisqu’il est enseigné à l’école. Il occupe une grande place dans l’éducation. Bien plus qu’une méthode, c’est un véritable art de vivre. La mission de vie persiste tout au long de la vie, la retraite que nous connaissons en Occident n’existe pas là-bas. Pourquoi crois-tu que l’espérance de vie là-bas est si élevée ? La moyenne des deux sexes, si on arrondi, est de 88 ans, ce qui fait du Japon le pays en tête du classement de l’espérance de vie mondiale. La connaissance de sa mission de vie et sa mise en oeuvre, c’est indéniablement nourrir son épanouissement personnel et les gens plus épanouis vivent plus longtemps, c’est pas moi qui le dit c’est Google Scholar… 



Selon cette méthode, nous avons tous un Ikigai, certains en ont même plusieurs, mais peu le connaissent ou en prennent conscience.

L’Ikigai, un mélange de quatre éléments

La méthode se décline en quatre concepts, c’est un point de convergence, de rencontre, qui nous permet de trouver notre place dans ce monde. Dans cet article, qui est d’ailleurs le tout premier paru sur ce blog, et qui a semble-t-il beaucoup plu, je t’avais confié que j’avais mis beaucoup de temps à trouver ma voie car je ne posais pas les bonnes questions. Je te l’ai dis, les réponses, seule toi peux les apporter, mais si tu fais fausse route en te posant les mauvaises questions, normal que tu ne trouves pas ta voie, j'ai envie de te dire. Il faut que tu te poses les bonnes question pour obtenir une bonne réponse. L’Ikigai, c’est tout à la fois : 

  • une passion : c’est ce pour quoi tu es doué. Selon Google, la passion correspond à un état affectif et intellectuel assez puissant pour dominer la vie mentale. Je pense qu’il est plus simple de partir de sa passion pour trouver les autres éléments et découvrir son fameux Ikigai. Selon, moi il s’agit du début de tout. 
Les questions à se poser : Qu’est ce que je peux faire des heures durant sans voir l’heure passer ? Par quelle(s) chose(s) je suis animée, stimulée ?  
  • une mission : c’est purement et simplement ce que tu aimes, il sera difficile d’être épanoui dans quelque chose que tu n’aimes pas, logique. 
Les questions à se poser : qu’est ce que j’aime ? Qu’est ce que je n’aime pas ? 
  • une vocation : c’est ce dont le monde a besoin. Car oui, si tu aimes quelque chose qui n’intéresse personne, cela n’a pas grand intérêt. 
La question à se poser : Qu’est ce que j’aime et qui m’anime au point que cela intéresserait d’autres personnes ? 
  • un métier : tu dois faire de ton Ikigai un métier, quelque chose pour laquelle tu peux en tirer une rémunération. Ton Ikigai, c’est pas un conte Disney, il faut être un minimum réaliste, pas trop non plus, il faut trouver un juste équilibre, mais il faudrait que tu puisses en vivre. 
Les questions à se poser : Les trois éléments précédent sont-il susceptibles d’être vendus ? Des personnes sont-elles prêtes à payer de leur poche pour accéder à tout ça ? 



Je te conseille de faire une liste de chacun de ces éléments pour trouver ton Element. Tu dois répondre à ces questions avec l’honnêteté la plus pure possible, sans fausse modestie, sinon cette liste sera erronée et ne te servira à rien. Ca va prendre un peu de temps,mais lorsque tu auras la réponse, tu te remercieras toute ta vie d’avoir fait l’effort de te poser ces questions. 

Si tu te cherches, ce livre est un très bon investissement pour commencer à te poser les bonnes questions. Par ailleurs, il ne parle pas exclusivement d’Ikigai, il fait référence à de nombreux rituels japonais qui améliorent énormément le bien être. Mais je tenais à te parler ici d’Ikigai, les autres rituels, on en reparlera plus tard :)

Cercle Enso, cercle de l'harmonie intérieure

Tu l’as compris, et c’est d’ailleurs pour cela que la question Comment trouver sa voie ? - qui d’ailleurs n’est pas le titre de l’article, ni celui du livre d’ailleurs - n’est pas la question à se poser. Elle mène à des réflexions stériles et sans grand intérêt. Il faut te poser plusieurs questions, j’insiste, et les bonnes sont juste au dessus. Là, crois moi, avec un peu de patience et d’honnêteté envers toi-même, tu trouveras ta voie. 

La méthode Ikigai, trouver sa mission de vie de Hector Garcia et Francesc Miralles : 15,90€ en librairie


Et toi ? As-tu trouvé ta voie ? Si oui, comment as-tu fait pour la découvrir ? 
Dis nous tout en commentaire ! 

Le duo doux et hydratant Caudalie

16 novembre 2018


Clairement, j’ai relativement peu d’indispensables coté cosmétique. Et ce que je peux te dire, c’est que celui-ci en fait bel et bien partie. 

Tous les hivers, je cours à la première parapharmacie du coin pour m’acheter ce duo crème mains lèvres à la rose de Caudalie. Si tous les ans, tu peines à porter du rouge à lèvres mat tant  tes lèvres sont déshydratées ou si tu caches tes mains gercées, cours vite toi aussi t’acheter ce must have ! Il sent super bon la rose, ce duo est doux et réconfortant à la fois. A appliquer chaque matin 
et chaque soir, il n’en est à pas douter que ce duo te convaincra toi aussi. 


Le baume à lèvre 

Je pense que le plus efficace serait de noter chacun de ces aspects sur 5. Alors c’est parti ! 

Le packaging

Bon aller assume un peu, à toi aussi il t’arrive d’acheter des produits pour leur joli packaging. Clairement, c’est ce qui m’a attirée au début. Il est sobre, pratique et fleuri, tout ce que j’aime. Autre point mais pas des moindres, il est robuste. Il résiste à toutes les chutes et autres maltraitantes de fond de sac à main, hihi. Clairement, je ne trouve absolument rien à lui reprocher. 

5/5

L’odeur

Bon, bah là pour le coup c’est un peu selon tes goûts hein, si tu aimes la rose, bingo, dans le cas contraires, passe ton chemin, car l’odeur n’est certes pas entêtantes, mais elle n’est pas subtile non plus. On ne sent pas une odeur « chimique », ce qui peut être particulièrement écoeurant s’agissant de cette partie du visage. Personnellement, je la trouve douce, poudrée et féminine à souhait ! 

5/5

La texture

La texture n’est ni dure ni molle, si tu vois ce que je veux dire. Je n’aime pas les baumes à lèvres trop durs. Elle fait l’effet d’une huile pour les lèvres sans laisser un coté luisant aux lèvres, chose que je n’aime pas trop, pour être honnête. Pour moi, la texture est parfaite ! 

5/5



L’efficacité



Clairement, appliqué tous les jours, ce petit baume à lèvre fait carrément bien son job. Les lèvres sont hydratées, elles ne pèlent pas, et en plus, elles sentent bon la rose ! 



5/5


Bon clairement, si je l’achète tous les ans, je pense que tu as fini par comprendre pourquoi hein. Il est juste parfait. Je ne lui trouve rien à redire. Clairement c’est un sans faute. Et son prix plus qu’abordable ravira aussi ton porte monnaie au passage. Il mérite amplement son 20/20. 



La crème pour les mains et ongles 

Le packaging

Tout aussi joli que le baume, il arbore toutefois une couleur un peu moins sobre, on est pas trop dans le pastel, c’est le moins que l’on puisse dire. Je le trouve un peu moins joli que le baume. J’aurai aimé qu’il reste dans la tonalité du baume pour les lèvres. 

4/5

L’odeur

Elle aussi sent bon la rose, c’est super agréable, l’odeur reste sur les mains au moins deux bonne heures je dirai. Là en revanche, c’est un sans faute. 


5/5


La texture

Elle est super douce et agréable, pas collante pour un sou, elle s’applique bien, en revanche, elle pénètre la peau assez lentement. Je ne l’applique que le soir après avoir fait ma toilette. Car clairement, si tu commets l’erreur, comme moi, de te laver les mains après l’avoir appliquée, bah tu la sentiras la crème, crois moi ! 

3/5

L’efficacité

Bon bah du coup, tu t’en doutes, cette crème est efficace, mais pas à n’importe quel moment de la journée, tu peux la mettre le matin avant d’aller au travail ou en cours, mais selon moi les risques d’aller se laver les mains en cours de matinée restent élevés. Dans l’idéal, il faudrait l’appliquer le soir avant de se coucher selon moi. 

4/5

Cette petite crème mérite donc très bien son 15/20, pas parfait, mais efficace si on sait l’utiliser. 


Duo crème Caudalie : 5.75 € dans la plupart des parapharmacie 



L’as tu déjà testé ? T’en as pensé quoi ?

Cinq astuces pour (enfin) sortir de sa zone de confort

11 novembre 2018



Un peu partout sur le web, on peut lire des articles nous conseillant de sortir de notre zone de confort pour être productif et atteindre la vie que nous souhaitons tous. De fait, cette expression est devenue très à la mode. Encore il n’y a pas si longtemps, je tombais sur une de ces photos sur Instagram. Ce qu’elle nous dit n’est pas totalement faux, mais elle oublie ne nous en indiquer le mode d’emploi : 

Les hydratants Eclat Minute de Clarins

10 novembre 2018



Avant toute chose, même si tu dois t’en douter, entant donnée qu'une catégorie entière lui est consacrée, je dois te dire que je suis une passionnée de make up, et tout particulièrement de Rouges à lèvres. En grande consommatrice que je suis, je ne suis pas passée à travers de grosses déceptions ni de belles découvertes. Alors c’est au tours des hydratants Eclat Minute de passer sur le banc d’essais.



Pour ne rien te cacher, c’est d’abord leur packaging qui m’ont d’abord interloquée. Il est super mignon, la forme en tube est super pratique et le bouchon doré apporte une touche très élégante et apporte son coté bling bling et luxueux, comme chez beaucoup d’autres marques. 


Leur embout mousse est super pratique pour appliquer la matière, c’est très doux pour les lèvres. Ca, en plus de leur coté hydratant, je dis OUI pour affronter l’hiver ! 


Coté texture, comme tu peux le voir sur le swach ci-dessus, on est  entre un gloss et un vernis hybride. La texture et le fini est plutôt luisant à vrai dire, ce qui n’est pas le plus joli fini, à mon avis, surtout pour la teinte la plus claire. Mais l’avantage par rapport au gloss est non négligeable. La matière ne colle pas aux lèvres


La teinte 01 est un rose clair, assez passe partout, un peu trop d’ailleurs, sa couleur étant presque imperceptible. On pourrait même croire que j’ai appliqué un gloss transparent. Idéal pour hydrater, certes, mais pas pour finir un maquillage. 




La teinte 08 quant à elle, se présente comme un prune assez discret. C’est de loin ma teinte préférée dans cette collection. Je l’estompe légèrement et il rend un effet lèvres mordues immédiat. 


Je le trouve parfait pour terminer un maquillage d’automne rapide et discret.



Un dernier détail qui n’en n’est pas un, surtout en ce qui concerne le maquillage de luxe, son prix est de 19.99 euros ! Autant te dire qu’il n’est pas donné, surtout pour un hydratant censé donner un léger éclat naturel aux lèvres. 



Ce n’est définitivement pas un indispensable, mais il conserve son utilité hydratante. Utilité, que toutefois beaucoup d’autres baumes à lèvres ont, et pour un coût bien moins élevé. Disons que pour cette gamme, il vaudrait mieux se tourner vers les couleurs les plus foncées et voyantes comme la dernière teinte. 

Si tu te poses la question, ce n’est ni un Flop, ni un Top, il est ni classe ni naze, hihi. Mets un commentaire si t’as compris les ref’. 

Et toi ? 
Tentée par ce RAL éclat minute de chez Clarins ? 


© Moment Lollipop.